Enfin, le fameux départ est arrivé... le billet pour Santiago en poche, départ annoncé pour le 14 novembre 2010, pratiquement 4 ans après mon départ pour le tour du monde. A la recherche de mon Eldorado à moi, ma cité des Dieux.

Wednesday, April 13, 2011

Remontée vers le nord côté argentin en compagnie d'un philosophe chilien

A la douane Argentine de Futaleufu je rencontre un homme chilien Marco (pour respecter l'anonymat de la personne, le nom a été changé !), drôle de rencontre s'il en est une.
Marco est professeur de philosophie et partage son temps entre Paris, où il posséde un appartement dans le Marais (ben oui quoi !) et Santiago. Il parle donc parfaitement français ainsi qu'anglais, vue qu'il a partagé ses études entre la France et l'Angleterre.
Il vit six mois par an à Paris et six mois à Santiago où il enseigne à l'université Catholique.
Il posséde toujours un léger accent hispanique lorsqu'il parle français ce qui est loin d'être dépourvu de charme !
Il avait une semaine de libre et a donc décidé de se faire un petit trip avec sa nouvelle moto BMW.
Je l'ai entendu plus tôt (avant de savoir tout ça) poser des questions sur un parc argentin à mes voisines dans la queue, le Parque Nacional Los Alerces, qui se situe juste un peu après la frontière. Apparemment une route le traverse, ceci m'intéresse car c'est dans la direction que je veux prendre (je pense passer la nuit à El Bolson dans le même hostal où l'on avait dormi avec les filles, celui sans les punaises qui était très sympa).
Lorsqu'on commence à discuter avec Marco on se met d'accord pour se suivre plus ou moins, il me demande un lieu où passer la nuit à El Bolson et je lui indique tout naturellement mon hostal.
Je suis tellement rodée esprit routard, que je n'ai pas réfléchi une seconde en me disant que ce type de profil ne dormait pas dans des hostals....
Il  y'a plusieurs sujets sur lesquels je n'ai pas trop réfléchi....
video

La route traversant cet immense parc de 200'000 hectares est magnifique, elle longe trois lacs, lago Futalaufquen, lago Verde et lago Rivadavia. On trouve tout type d'hébergement dans ce parc tellement il est immense, ça va du camping à l'hotel boutique de luxe.

Je prendrai un jeune couple d'argentins qui font du stop, ils viennent de Buenos Aires (comme tout argentin que je rencontrerai en vacances dans les divers hostals où je resterai) et sont très sympathiques, je remarque tout de suite la différence de mentalité avec les chiliens, moins collé l'un à l'autre déjà ! un des deux est monté à côté de moi, et pas les deux à l'arrière comme ça m'est arrivé très souvent au Chili avec les couples que j'ai pu prendre en stop!
Ils semblent aussi avoir une vie sociale.
Je les laisserai peu avant El Bolson, j'arriverai à mon hostal avant Marco et tout naturellement me  prendrait un lit dans le dortoir.
Marco qui arrivera une bonne demi heure après moi demandera une chambre privée, Dieu merci la majorité des hostals disposent de chambre privée.
Une fois la douche prise nous irons diner dans un resto du coin, j'apprendrai entre autre que cette année, exceptionnellement il va passer 3 mois à New York pour participer à un congrés. Sa vie me parait fort attrayante et le personnage est plutôt sympathique.
Le lendemain nous faisons route pour Bariloche où la encore j'ai prévu de rester à l'hostel où j'étais avec Elie. Marco m'a demandé si on pouvait partager une chambre mais une fois arrivée sur place, la seule chambre qu'on me propose pour deux personnes ne me convient pas et je reprend un lit dans le dortoir (ouaip ouaip pour le moment je continue à esquiver tout potentiel danger). Je profiterai de cette journée pour aller me renseigner au commissariat si par hasard ils n'avaient pas retrouver mes papiers, mais non rien!
Je retrouve Marco en fin d'après midi, il m'entraine vers le seul musée de Bariloche (merde je voulais faire les boutiques) qui est plutôt sans intérêt.
On décide de se faire un apéro dinatoire et de profiter des bons produits qu'offre l'Argentine (par rapport au Chili) pour trouver du bon fromage et de la bonne charcuterie. On invitera un couple de français qu'on a rencontré à notre arrivée à l'hostal.
La soirée sera très sympa, pleine de nouvelles histoires de tout un chacun, le vin coulera à flots, l'hostal ce jour là est bourré de français, c'est la troisième fois que j'y suis et je n'ai jamais vue ça. Marco me fait la remarque, ben ouais, je sais mais j'y peux rien moi !

Vers deux heures du mat je vais me coucher discretos, j'en peu plus, je suis telle une outre de vin!
Dure le réveil le lendemain matin...quand je vois la tête de Marco je me dis qu'il y'a pire !
il m'annonce de but en blanc qu'il a fait un rêve très très sympa avec moi....hum, hum....
et la route qu'il pense faire aujourd'hui, toujours vers le nord en longeant le Chili, qui passe par San Martin de los Andes, Junin  de los Andes, Aluminé puis il passera la nuit à Villa Pehuenia, situé à côté du poste frontalier Icalma. Aprés il tracera sur Santiago.
Je regarde la carte, ça le fait, ça me laisse juste au nord de Pucon, je peux me faire une jolie route le lendemain du côté chilien qui fait le tour de quelques lacs avant d'arriver à Pucon. Je suis; Marco sourit ravie....on a réservé cette fois ci une véritable auberge sur le lac à Villa Pehuenia, une chambre....
Pucha, m'énerve à me chauffer lui et de toute manière on est deux adultes et on fait de mal à personne...
or so I thought !
La route est magnifique comme d'habitude. On voit entre autre le volcan Lanin au loin, on rencontre des gauchos en plein travail avec leur bétail, on longe des torrents, je vois mes premiers araucarias, l'arbre national chilien. Honestly, what a fucking life !
J'apprécie aussi énormément la compagnie de Marco, le fait que chacun ait son véhicule, sa liberté, mais de savoir que le soir venant on se retrouve au même endroit. Cela fait trois jours qu'on se suit, chaque jour on en connait un peu plus sur la vie de l'autre, on a le même age, j'ai quelqu'un à qui parler mais dont je ne suis pas responsable et je savoure ces instants.
Arrivée à Villa Pehuenia : l'auberge est situé au bord d'un lac. Nous arrivvons alors que le soleil se couche.La chambre est très sympa et je suis ravie lorsque je découvre qu'il s'agit d'un loft avec donc deux lits sur deux niveaux différents!
Après un diner bien arrosé, j'en ai besoin, on se retrouvera en toute bonne logique dans le même lit...et là j'apprendrai qu'il a une nana depuis dix ans !! et qu'il ne me l'a pas dit avant parce que je ne lui ai pas posé la question !! what a joke !
donc, vue le moment tardif auquel j'ai été en possession de cette information cruciale, les choses se  sont déroulées comme elles devaient le faire à ce stade là.
Conclusion : à 42 ans j'ai fini par "coucher" avec un mec maqué !! moi qui avait jusque là un jolie tableau propre
Dorénavant : je poserai la question ! ainsi que de savoir quel type d'hébergement la personne recherche !
Malgré cela j'ai énormément apprécié la compagnie de Marco et la seule chose que je regrette c'est d'avoir perdu une opportunité de garder un tel contact.
Cette écartade à mon leitmotiv de ne jamais toucher aux hommes maqués, n'a fait que confirmer mes croyances, ça ne sert à rien, c'est insipide et on perd une oppportunité si la personne est vraiment intéressante de laisser l'histoire se développer en amitié avec un couple. Vue le peu que j'ai appris sur la compagne de Marco, j'ai perdu l'opportunité de rencontrer une personne avec qui je me serai surement bien entendu et qui avait un parcours de vie très intéressant.

vue de la chambre 

Si vous êtes resté sur votre faim, ne vous inquiétez pas, l'Argentine arrive bientôt et avec elle l'homme !

No comments:

Post a Comment